Une défaite honorable.

vendredi 19 mars 2010
par  Mathieu
popularité : 32%

Quinze jours après la débâcle de Panazol, le CCSF recevait dans son antre le prétendant numéro 1 à la montée en Nationale 3 : l’Alouette Limoges, qui l’an passé s’était imposée sans coup férir 18-02 au Gymnase.
Il était nécessaire pour les felletinois d’offrir un visage bien meilleur qu’à l’occasion de la dernière rencontre pour se garantir une performance louable.
La défaite concédée sur le score de 13-07 est complètement logique au vu de la feuille de match, et l’encouragement a retiré de cette rencontre, ce sont les quelques belles concédées qui donnent de légitimes regrets aux noirs et bleus.

"De l’orgueil !" C’était le message martelé hier par le capitaine Vincent Gouriet à quelques minutes de la rencontre face à l’Alouette.
Il est vrai que le match à Panazol a laissé des traces dans le mental des felletinois, et qu’une réaction s’imposait.
"Perdre, d’accord, mais avec honneur !" Tel était le mot d’ordre lancé.
914 pts. C’est le nombre de points en cumul qui séparent le CCSF de l’Alouette Limoges, avec des totaux respectifs de 8957 pts pour les creusois, contre 9871 pts pour les limougeauds. Tout cela pour bien comprendre que depuis le début du championnat, les felletinois ont toujours présenté l’équipe la plus faible en cumul de points, c’est dire la teneur des exploits réalisés à chaque victoire acquise.
Aucune autre équipe que Felletin ne présente en Régionale 1 de joueurs classés en dessous de 1300 pts. Le CCSF en présente deux à chaque rencontre.
Le club fait partie des petits poucets de la division, et c’est souvent avec le coeur que l’équipe est allée chercher ses victoires. Car la principale qualité de cette formation, c’est indubitablement son caractère. Ce caractère qui a diablement manqué à Panazol.
C’est bien parce qu’il faut tenir compte de ces paramètres, que les choses doivent être tempérées et mesurées à leur juste valeur : Felletin est davantage coutumier de la notion d’exploit permanent.
Le CCSF se présenta donc avec ses 8957 pts répartis entre Rémi Laberthe, Jérémie Charvillat, Nicolas Rapatel, Vincent Gouriet, Benoît Brissaud et Mathieu Charvillat face à l’ Alouette Limoges des Alain Lamige, Arnaud Wafflard, David Rzepka, Sylvain Goacoulou, Jonathan Klein et le jeune Jessy Souverval.
Une rencontre difficile s’annonçait, et la première confrontation entre Alain Lamige et Rémi Laberthe donna le ton.
Rémi, qui menait deux sets à zéro, et qui semblait maîtriser la rencontre, ne put empêcher le retour de l’expérimenté limougeaud qui égalisa très rapidement. Le jeune felletinois s’imposa néanmoins à la belle face à un adversaire qui avait laissé pas mal de forces dans la bataille. Ce sera la seule belle qui sourira aux felletinois, car dans le même temps, Vincent Gouriet, frondeur et volontaire, livra un combat acharné à Sylvain Goacoulou, mais dans un cinquième set tendu, le limougeaud permit à son équipe de raccrocher au score. Victoire qui sera le prémice d’une bien belle série pour l’Alouette.
En effet, dans la foulée, l’attraction Arnaud Wafflard, en dépit d’un premier set concédé à Jérémie Charvillat sur la plus petite des marges, remporta un match important pour sa formation, lui permettant de prendre l’avantage.
Dans la foulée, Jonathan Klein, dans une recontre serrée, conclue à la belle, s’imposa devant un Nicolas Rapatel en difficulté dans le jeu, qui ne parvient plus à se libérer en compétition.
Derrière, David Rzepka s’imposa en quatre manches face à Mathieu Charvillat qui parvînt néanmoins à mettre le limougeaud en difficultés. Dommage qu’il ne parvienne pas à concrétiser ses temps forts dans le jeu.
Dans la foulée, le jeune Jessy Souvervalalla s’imposer face à Benoît Brissaud avec talent et réalisme, en trois manches, toutes trois conclus sur le score de 11-06.
Le réalisme, une arme fatale qui est l’apanage des grandes équipes qui savent laisser passer l’orage avant de conclure froidement. Ainsi, si dans le contenu du jeu, la différence entre les deux équipes n’était pas des plus marquantes, il n’en demeurait pas moins qu’à ce stade de la rencontre, le score était déjà de 5-1 en faveur de l’Alouette.
Jérémie Charvillat, à la belle, à l’issue d’un match serré qui aurait pu tout autant basculer dans l’autre sens, s’imposa devant Alain Lamige, qui avait pourtant brillament maîtrisé la situation avant de s’effondre en fin de match.
Las, cette réduction du score ne fut pas suivie de l’effet escomptyé, puisque derrière, le double composé de Nicolas Rapatel et de Vincent Gouriet, jusque là invaincu, s’inclina à la belle devant son homologue limougeaude. Un des tournants de la rencontre à n’en point douter. Car dans la continuité, Rémi Laberthe, revanchard par rapport à sa prestation en demi-teinte à Panazol l’emporta en quatre sets devant David Rzepka.
Nicolas Rapatel, épuisé, et émoussé sur le plan psychologique, en manque de confiance, dû baisser pavillon en trois manches devant Sylvain Goacoulou.
De son côté, Arnaud Wafflard ne se laissa pas surprendre par l’antitop de Mathieu Charvillat, l’emportant sans forcer son talent outre mesure, portant dès lors le score à 8-3 pour sa formation.
Vincent Gouriet, avec panache, mais stigmatisant l’apathie ambiante de ses coéquipiers sonne la révolte, en l’emportant avec beaucoup de caractère face à Jessy Souverval. Le détonateur d’une fin de rencontre beaucoup plus équilibrée, mais il était déjà trop tard pour espérer renverser une situation déjà acquise à la cause limougeaude.
D’autant que l’autre double felletinois ne fit pas mieux que sa devancière, s’inclinant face à la paire Wafflard / Rzepka, en quatre sets pourtant très accrochés.
Et si Benoît Brissaud dû s’incliner devant les coups de boutoir d’un Jonathan Klein, véritable rouleau compresseur sur la rencontre, Jérémie Charvillat marqua son second point de la journée face à David Rzepka.
Nicolas Rapatel repris son chemin de croîx en perdant face à Jessy Souverval, dans un match largement à sa portée.
Mathieu Charvillat qui se distingue par la régularité des défaites qu’il enchaîne dans le tableau A, n’en demeure pas moins un homme de coups, capable d’improbables exploits face à des joueurs nettement mieux classés que lui. C’est ainsi que le felletinois l’emporta logiquement, sur le vu de la rencontre devant Alain Lamige en trois sets, qui ne parviendra jamais à trouver la parade au revers de son adversaire.
Sylvain Goacoulou réalisera le grand chelemn eb B avec une troisième victoire acquise aux dépends de Benoît Brissaud, à l’instar de Jonathan Klein face à Vincent Gouriet.
Pour conclure le match, une jolie victoire qui permet à Rémi Laberthe de terminer invaincu sur le match, à la hauteur de l’événement, en l’emportant en trois petits sets devant Arnaud Wafflard.
Au total, une victoire sur le score de 13-07 pour l’Alouette Limoges, un succès logique pour une formation joyeuse, talentueuse, joueuse, en harmonie sur le plan collectif, avec des individualités notables qui se fondent impécablement dans le moule limougeaud.
Coté felletinois, des regrets légitimes au vu de l’opposition affichée, et des deux premières défaites en double, mais une bonne réaction qui laisse néanmoins encore l’équipe en convalescence.
Pour autant, grosse satisfaction pour le tableau A, avec six victoires sur dix rencontres, contrairement au tableau B, qui affiche un inédit total de un point.
Bon vent à cette belle Alouette dont on espère que son envol se poursuivra jusqu’en Nationale 3.


Commentaires  forum ferme

Logo de Bertrand Delorme
samedi 10 avril 2010 à 13h09 - par  Bertrand Delorme

Bonjour à tous,

A mon avis, le debat sur le nombre d’équipe à autoriser en R1 est assez compliqué.
Les arguments sont assez nombreux des deux côtés .
Le jour oú plusieurs équipes d’un même club s’affronteront en R1, les rumeurs de triche entre eux vont explosees... Ces rumeurs existent déjà entre équipe d’un même département puisque je les ai déjà entendu au sujet du nul entre l’EPPS et grd Bourg pour le compte de la première journée...
De plus, pour moi ce règlement entrainerai inévitablement la mort des "petits" club... Le jour oú la r1 ne sera plus composée que de 3 équipes de Eatt, 3 équipes de l’alouette et 2 de pana, que restera t il comme possibilité de progrès pour les jeunes évoluant dans d’autre club si ce n’est de rejoindre ces "grands clubs" et d’affaiblir encore les autres...
Ça reste mon avis (et je le partage...)
A bientôt, pongistes du ccsf....

Logo de Christophe
dimanche 28 mars 2010 à 21h05 - par  Christophe

Les constatations que je faisais par écrit ne se veulent pas désobligeantes pour le Limousin . Il n’y a que trois départements . Si on se compare à la Corse et à ses deux départements , on va se trouver riche . Là-bas , c’est une joueuse numérotée qui domine les meilleurs joueurs qui culminent vers 1700 points .

Il faut simplement se rendre compte que l’écart est grand . Si un club possède une équipe capable d’assurer le maintien en N3 . Cette équipe sera nécessairement déconnectée du niveau régional . Cela pourrait provoquer un élan ... pourquoi pas ?

Sans évoquer le cas d’Alouette Limoges , les deux grandes maisons que sont HCTT et EATT ont énormément investi dans la formation des jeunes . Leurs équipes fanions ont été plus délaissées . On peut aussi se dire que les clubs forment des joueurs qui pratiquent un sport individuel . La médaille d’or de Kelian , les performances de Emma en N1 donnent beaucoup de prestige à leurs clubs . Ces clubs là ont-il renoncé à la course par équipes ? Peut-être après avoir trouvé que la domination de l’élite régionale n’était pas une fin ...

Il me semble que quand j’ai commencé à jouer en Limousin , l’EATT se trouvait dans la même situation que l’Alouette actuellement : un effectif remplissant 2 ou 3 équipes pouvant prétendre à l’élite . Il faudrait entendre les arguments de ceux qui pronent cette limitation ...

J’avoue ne pas voir tous les problèmes que cela pose , mais je ne suis pas un cadre du Tennis de Table . Merci pour les encouragemnts à nos équipes .

Logo de Arnaud ATTYE
dimanche 28 mars 2010 à 19h18 - par  Arnaud ATTYE

Joli état des lieux du ping limousin.
On est arrivé à la même analyse avec les membres de l’équipe 1 de l’Alouette, en espérant que dans les années à venir nos jeunes progressent suffisamment pour envisager le maintient en N3.

A noter que nous pourrions effectivement nous mêler à la lutte pour le maintient en R1 cette fois avec notre équipe 2(en regroupant les meilleurs éléments de nos 2 équipes en tête de la R2) mais que la ligue nous met des batons dans les roues en empêchant de manière trés antisportive une seconde équipe de notre club d’accéder à cette division, et ceci...pour les 3 années à venir. Nous souhaitons bien entendu battre Pana en dernière journée et montez notre équipe 1 en nationale 3, mais avouez que la décision est assez stupide pour la promotion du ping régional.
Promotion au contraire bien assurée par votre site et ses mises à jour régulières, dont nous pourrions nous inspirer au club.
Bonne continuation en tout cas à toutes vos équipes.

Arnaud A.

Logo de Christophe
dimanche 21 mars 2010 à 13h05 - par  Christophe

Effectivement , cette équipe semble être la plus forte équipe du Limousin actuellement . Mais avant qu"une équipe soit capable de se maintenir en N3 , il faudra que les clubs limousins recrutent :

En tant que joueur creusois de D1 : j’observe un niveau de 800 pts de moyenne en départementale ,

Une moyenne de 1100 pts en R3 , de 1250 pts en R2 : ce qui donne un réservoir de forts joueurs quasiment vide .

En R1 , on peut dire que les meilleures équipes montrent une moyenne de 1600 pts . Il y a donc un monde entre la R1 et le reste du championnat régional . Avec une exception de marque : l’Alouette pourrait semble-t-il maintenir une 2ème équipe en R1 .

Maintenant , levons les yeux très haut et regardons la N3 : avec une équipe à 1900 pts de moyenne , on ne se maintient pas . Il faut 2000 pts de moyenne pour pouvoir y compter ! Le chemin est donc encore long pour qu’on voie une équipe du Limousin se maintenir en nationale .

Quand on observe le top50 régional , on voit qu’en rassemblant les 6 meilleurs joueurs du Limousin , on y est pas .

Si on ajoutait 400 points à chaque joueur de Pana , d’Alouette ou de Beynat , on aurait une équipe qui se maintient en N3 . Dur ,dur ....